SENS

Qui a dit qu’il faut faire confiance à ses sens ? Celui qui n’a jamais vu d’oasis dans le désert ni assisté au nouveau spectacle dansé de la compagnie Arcosm. Avec Sens, tout est sens dessus dessous alors petit ou grand, il va falloir lâcher prise et se laisser emporter.

GRANIT
mar 05 Nov

Danse, En Famille
GRANIT
Durée : 50mn
Catégorie C
Dès 7 ans

SENS

CIE ARCOSM

Dates de représentations

mardi 05 novembre 2019 à 19:00

Séances réservées aux groupes : Mar 5 nov à 14h15, mer 6 à 10h, jeu 7 à 9h30 et 14h15

Je réserve

Pour aller plus loin

Sens Dossier Pédagogique

Télécharger
Qui a dit qu’il faut faire confiance à ses sens ? Celui qui n’a jamais vu d’oasis dans le désert ni assisté au nouveau spectacle dansé de la compagnie Arcosm. Avec Sens, tout est sens dessus dessous alors petit ou grand, il va falloir lâcher prise et se laisser emporter.

Qu’est-ce que j’entends ? Qu’est- ce que je vois ? C’est à n’y rien comprendre ! Voici qu’entre ce que l’on perçoit, ce qui est et ce qui a été, il y a un écart, un fossé même, et c’est ce dont se joue la compagnie Arcosm. Thomas Guerry, chorégraphe et metteur en scène de Sens a imaginé un dispositif singulier. En préambule du spectacle, il y a un court métrage à visionner seul ou en famille RéminiSens, destiné à créer un ensemble de souvenirs chez le spectateur. On y découvre l’enfance de Claude, les personnages, les objets et les sons qui l’entourent et le marquent. Mais que garde-t-on de son enfance ? C’est à partir de ce film que le spectacle scénique se déroule et joue avec nos perceptions. On retrouve Claude devenu grand, et les bribes de sa mémoire qui persistent, se forment et se déforment sous nos yeux. Danseurs, comédiens et musiciens sur scène créent un univers aux accents absurdes et surréalistes où l’on s’émeut sans s’attacher à la signification de ce que l’on perçoit. Ce n’est pas le sens qui triomphe mais l’émotion et l’onirisme qui se déploient à travers les images et les sons. La mémoire est plastique aussi, l’enfance n’est-elle pas un tissu de souvenirs que l’on réécrit tout au long de son existence ?

Un ovni poétique à la mélancolie pétillante et colorée. Le Télégramme

Chorégraphie et mise en scène : Thomas Guerry | Avec : Matthieu Benigno, Nicolas Grosclaude, Mychel Lecoq et Noémie Ettlin | Musique : Clément Ducol | Regard musical : Quelen Lamouroux | Scénographie : Samuel Poncet | Dramaturgie et regard extérieur : Cédric Marchal | Costumes : Anne Dumont | Masques : Isabelle Fournier | Réalisation court métrage : Bertrand Guerry. | © Jacqueline Ledoux