TOUT SEMBLAIT IMMOBILE

Que reste-t-il des contes de notre enfance ? Créatures inquiétantes, après-midis dans le grenier… Avec humour et autodérision, trois spécialistes du conte résolument loufoques nous font glisser du réel vers l’imaginaire, de la salle de conférence vers la noirceur féérique du rêve et des forêts…

COOPÉRATIVE
jeu 09 Avr

Théâtre
COOPÉRATIVE
Durée : 1h
Catégorie B

TOUT SEMBLAIT IMMOBILE

CIE NATHALIE BÉASSE

Dates de représentations

jeudi 09 avril 2020 à 20:00

Je réserve
Que reste-t-il des contes de notre enfance ? Créatures inquiétantes, après-midis dans le grenier… Avec humour et autodérision, trois spécialistes du conte résolument loufoques nous font glisser du réel vers l’imaginaire, de la salle de conférence vers la noirceur féérique du rêve et des forêts…

Une table, trois chaises, un paravent. Trois éminents conférenciers sont ici réunis autour d’un sujet pour le moins classique — du moins en apparence. Celui des contes pour enfants, et de la façon dont ils nous influencent tout au long de notre vie. Très vite, la conversation dérape, et l’on bascule dans un monde où la pâte à modeler s’échappe du ciel, le renard empaillé poursuit sa promenade, quelques notes au piano s’envolent et les tableaux s’enchaînent comme autant d’images subliminales de la peur, du fantasme et du désir.

C’est à partir de la (re)lecture de dizaine d’histoires issues des quatre coins de monde que Nathalie Béasse nous invite à explorer les zones les plus reculées de notre imaginaire enfantin, et à ressortir de la malle à costumes coincée au grenier nos émotions les plus refoulées : hantise de l’abandon, rapport à la fratrie, absence de repère… Dans un décor qui rappelle cette bizarrerie propre au rêve, où les objets apparaissent et disparaissent sans logique apparente, tout semblait immobile trouve la meilleure parade à la cruauté du monde adulte : celle du rire et de l’étrangeté.

 

Nathalie Béasse a du talent. Ses comédiens aussi. Et il faut le dire. Son spectacle […] est une tranche d’air frais. Un fauteuil pour l’orchestre

Conception, mise en scène et scénographie : Nathalie Béasse | Avec : Camille Trophème, Étienne Fague, Erik Gerken | Lumières : Natalie Gallard | Musique : Camille Trophème | Constructeur décor : Étienne Baillou | Peinture : Julien Parsy | © Wilfried Thierry