Théâtre Création
NO(S) RÉVOLUTION(S)
Mickael de Oliveira, Ulrike Syha | Anne Monfort

Du Mardi 05 Janvier 2016 au Vendredi 08 Janvier 2016 à 20h00 à la Coopérative






  Dès 14 ans

Les héros finissent-ils mal, en général ? Ce pourrait être une chanson d’amour. Ou un chant révolutionnaire, scandé comme un souvenir. Que reste-t-il de ce bal populaire ? Des restes de fête, des fleurs fanées. Comme si l’ennemi était parti, avait déserté. Mais aujourd’hui, là, maintenant, que faire ?
Quatre acteurs, de trois nationalités (allemande, française, portugaise), parlent de leurs souvenirs de révolution et de la possibilité d’une révolution aujourd’hui. Une nouvelle mise en scène d’Anne Monfort. “Notre” révolution imaginaire se construit à partir d’anecdotes venues de divers lieux et différentes époques. La révolution est-elle, comme le dit Camus, l’irruption d’une idée dans le pragmatisme ? La violence et la terreur sont-elles évitables? La révolution est-elle forcément une déception ? Les héros finissent-ils comme le Coriolan de Shakespeare, happés par le démon de l’ambition et du pouvoir personnel ? Les révolutionnaires de 1789 étaient obsédés par le jugement que la postérité porterait sur leur action. Que diront les générations futures ? Actuelles ? Et quelles sont leurs révolutions, et celles qu’elles ne font pas ? Quel est l’héritage des révolutions ? Et leur folklore, leur kitsch ? Voire leur “tourisme”? Comme l’interroge l’historienne Sophie Wahnich, pourquoi a-t-on aujourd’hui, depuis 1989, intériorisé l’idée que l’utopie et le désir d’une vie meilleure mènent forcément au totalitarisme ? Comment aujourd’hui, créer l’irréversible ? Pour concevoir No(s) Révolution(s), Anne Monfort s’est entourée de deux auteurs, l’Allemande Ulrike Syha et le Portugais Mickael de Oliveira. Certains concepts politiques, liés à l’histoire nationale, s’avèrent impossibles à transposer. Cette dimension “intraduisible” et le processus de la traduction lui-même y deviennent aussi matière de plateau. Le spectacle se jouera dans les trois pays, France, Allemagne, Portugal, dans trois versions légèrement différentes, où les trois langues s’entendent et se répondent sur le plateau.

+ Rencontre bord de scène mercredi 6 janvier après le spectacle*

+ VENEZ TIRER LES ROIS !

A tous les spectateurs venus découvrir No(s) Révolution(s), sur présentation de votre billet, le Granit vous invite à partager sa galette des rois. Le temps d’une soirée, devenez Roi ou Reine ! Mais attention, au son de chants révolutionnaires, cela peut s’avérer risqué !
Vendredi 8 janvier à l’issue de la représentation
Réservation indispensable
 
Compagnie Day-for-Night