Danse
JOURS ÉTRANGES
DOMINIQUE BAGOUET | CATHERINE LEGRAND

Vendredi 24 Mars 2017 à 20h00 Maison du Peuple




 
 
Un hymne sensuel, nostalgique et incandescent à la jeunesse, qui résiste merveilleusement à l’épreuve du temps, vingt-cinq ans après sa création.
Sur les pulsations des Strange days des Doors, Dominique Bagouet, chorégraphe majeur de la scène française du 20e siècle, mort prématurément du sida, a mis les pulsions adolescentes et la soif de liberté au cœur de cette danse, joyeuse et burlesque, mais consciente de sa fragilité et du temps qui passe.  « Jours étranges recueille ces moments passionnés où la jeunesse, maîtresse de tout son avenir, s’offre sans réserve au présent. Les danseurs ont été invités à réinventer les petits cultes qui tentent d’attacher les corps adolescents par là où ils menacent de s’envoler. Ils noient dans la débandade du corps et l’avalanche des décibels la défaillance du présent, celui d’aujourd’hui et celui d’alors.» Isabelle Ginot, Les Lettres françaises, mars 1991 Entre 1976 et 1992, Dominique Bagouet aura transformé la danse contemporaine en France, imposant avec douceur ses visions éclatantes, classique, marqué par la liberté de Trisha Brown et de Merce Cunningham, directeur, dès 1980, de l’un des premiers Centres chorégraphiques nationaux, fondateur du festival Montpellier Danse, il aura marqué une génération de chorégraphes, et de spectateurs, avec des créations qui flottent encore comme des parfums : Chansons de nuit, Déserts d’amour, Assaï, Le Saut de l’ange, Jours étranges... Cette pièce a été créée par la Compagnie Bagouet en 1990 avec Hélène Cathala, Fabrice Ramalingom, Jean-Charles di Zazzo, Bernard Glandier, Olivia Grandville et Hélène Baldini.

Strange days have found us
And through their strange hours we linger
Alone, bodies confused, memories misused,
As we run from the day  to a strange night of stone.
Strange days, Jim Morrison, The Doors (1967)

Le site de Bonlieu, Scène nationale d'Annecy