Théâtre CRÉATION
DE LA DÉMOCRATIE
D’APRÈS TOCQUEVILLE | LAURENT GUTMANN

Du Mardi 30 Mai 2017 au Jeudi 01 Juin 2017 à 20h00 Granit



  En partenariat avec Ma, scène nationale - Pays de Montbéliard

CONFÉRENCE AVEC IDEE, UNIVERSITÉ POPULAIRE DE BELFORT
TOCQUEVILLE ET LES AMBIGUÏTÉS DE LA DÉMOCRATIE AMÉRICAINE
MARDI 16 MAI À 18H15 AU GRANIT


Après les créations de Zohar ou la carte mémoire, Victor F, et l’accueil du Petit Poucet, et du Prince d’après Machiavel, Laurent Gutmann, artiste associé au Granit, nous entraine dans une nouvelle création autour des vertus et valeurs de la démocratie.
Jamais dans l’histoire du monde, la démocratie comme système politique et ensemble de valeurs n’a été aussi répandue qu’aujourd’hui. Dans le même temps, les sociétés démocratiques européennes traversent une crise existentielle. Elles doutent d’elles-mêmes, de leur force, de l’universalité de leurs valeurs. Il leur arrive même d’être malheureuses. En 1831, un aristocrate normand, Alexis de Tocqueville, observant le mouvement d’égalisation des conditions qui touchait l’Europe et les progrès politiques de la démocratie, partit aux États-Unis observer comment y fonctionnait la société et les institutions. De ce voyage il tira un livre :  De la démocratie en Amérique. Saisissant de clairvoyance, écrit dans un style somptueux, ce texte n’est ni un plaidoyer pour la démocratie ni un réquisitoire. S’il la considère comme « un fait providentiel », auquel il serait vain de s’opposer, il la dissèque sans complaisance. « C’est parce que je ne suis point un adversaire de la démocratie que je suis sincère envers elle. » Profondément humain, traversé d’hésitations, de contradictions parfois, c’est un texte qui appuie là où ça nous fait mal.  Sur scène, une communauté de sept personnes, hommes et femmes d’origines et d’âges variés, vivront sous nos yeux dans un espace aux fonctionnalités floues, à l’image des bureaux des grandes entreprises de la Silicon Valley : à la fois espace de travail, de loisirs et de vie. Ils sembleront partager un même enthousiasme et une même foi dans les vertus de la société démocratique, qui garantit leurs droits individuels, adoucit les mœurs et assure le bien-être au plus grand nombre.  Il apparaîtra vite que cet enthousiasme masque des dissensions et des inquiétudes profondes. Conformisme, tyrannie de la majorité, inégalités économiques persistantes, goût immodéré de l’ordre, matérialisme, despotisme technocratique : certains trouveront que le prix à payer pour cette vie démocratique est élevé.  Les mots de Tocqueville seront ceux par lesquels s’exprimeront ces enthousiasmes et ces doutes. Mais ce sont ces mots aussi qui nous avertiront que tout retour en arrière est chimérique et dangereux, que du chaos nait rarement la lumière et que c’est au sein même de cet ordre démocratique que nous devrons trouver les remèdes à notre désarroi.
Laurent Gutmann, mars 2016

Le site de Anahi, spectacle vivant

Téléchargez le dossier pédagogique