Théâtre Musique / Vidéo / Création
Le Songe d’une nuit d’été
Texte William Shakespeare | Mise en scène David Gauchard

Du Mardi 14 Février 2012 au Jeudi 16 Février 2012 au Granit





 
Mardi 14 à 19h30 / Mercredi 15 à 20h30 / Jeudi 16 à 19h30

En partenariat avec la MA, scène nationale du Pays de Montbéliard

En choisissant de monter Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, et en s’associant à l’ingénieur concepteur Taprik, David Gauchard se met au défi de rendre vivant sur scène l’univers féerique et magique de l’oeuvre, et clôture ainsi de façon festive la trilogie, entamée dès 2003 avec Hamlet et Richard III.
Nous sommes au fin fond de la forêt, près d’Athènes, dans une clairière enneigée protégée des vents. Une toile blanche figure tour à tour un rideau de givre, une nuée d’Esprits volants et une tribune du Gotha. Des dés de bois forment des lignes d’arbres et des pierres en chaos. Cette clairière précieuse est élue par les hommes, sacrée pour les Esprits, Elfes, Fées, Lutins.
Mais la beauté virginale du lieu est un fard : un hiver malsain s’est installé dans la contrée depuis près d’une année, perturbant le cycle naturel. A l’origine de ce dérèglement : une réaction de la nature à la folie meurtrière des hommes. Le Songe d’une nuit d’été s’ouvre sur l’annonce de la fin de la guerre violente qui a opposé Athéniens et Amazones aux portes de la ville, laissant le pays meurtri, la population survivante désoeuvrée, victime de disette, livrée aux pouvoirs autoritaires. Le souffle guerrier s’est généralisé, guerre de territoires, des sexes, des générations, des peuples, jusqu’aux Esprits naturels, Titania et Obéron, dont la querelle conjugale arrête le cours des saisons, jusqu’à l’Amour lui-même. La guerre finie, on marie les souverains naguère ennemis. Et l’amour et la beauté deviennent à leur tour scène d’affrontements, combats courtois, galantes ruades, ébats corsés.
Adepte des nouvelles technologies qu’il utilise et détourne, toujours dans une quête de sens, David Gauchard nous offre une scénographie magique, où les éléments du plateau sont sous commandes, tout comme, dans la pièce, la nature est sous influence. Les comédiens, seuls en scène, maîtrisent la musique, la vidéo et la lumière, par la manipulation interactive du décor.

DISTRIBUTION
Texte : William Shakespeare / Traduction : Françoise Morvan, André Markowicz / Adaptation, réalisation, mise en scène & scénographie : David Gauchard / Collaboration artistique : Youness Anzane / Musique : Robert le Magnifique & Thomas Poli / Featuring : Laetitia Shériff / Nouvelles technologies : Taprik / Vidéo & graphisme : David Moreau / Direction technique : Yvon Truffaut / Création lumière : Christophe Rouffy / Régie lumière : Mickaël Cousin / Son : Klaus Löhmann / Construction du décor : Alain Pinochet (ateliers du Théâtre de l’Union, CDN du Limousin) Administration & production : Pierre Ménasché & Agathe Jeanneau / Avec : Nicolas Petisoff, Emmanuelle Hiron, Vincent Mourlon, Philippe Labonne, Anne Buffet, Emilie Quinquis, Franck Magis & L.O.S. -Laurent Duprat et à l’écran Léonore Chaix, Guillaume Cantillon et trois 3 enfants / Coproducteurs : La Scène Nationale d’Aubusson - Théâtre Jean Lurçat, Le Fanal - scène nationale de St Nazaire, le Théâtre de Villefranche, le Granit - scène nationale, Belfort, le Théâtre de l’Union - Centre Dramatique National du Limousin, Dieppe scène nationale, l’Espace Jean Legendre - Compiègne, le Théâtre Cinéma Paul Eluard - scène conventionnée de Choisy-le-Roi, et le Théâtre de Privas / Avec le soutien du Grand Logis - Bruz, Théâtre de Poche - Hédé, des Nuits Carrées et de la Fondation Hartung Bergman - Antibes / Artwork : David Moreau / L’unijambiste est compagnie associée au Fanal, s
cène nationale de St Nazaire, au Théâtre de Villefranche sur Saône, et conventionnée par la Région Limousin et par le Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Limousin / © visuel : Karosabutkiss


Imagine un espace blanc, pur, vide. Un sol feutré, chaleureux et doux, comme le tapis d’une chambre d’enfant. Un tulle blanc tendu sur un chassis, suspendu, laissant apparaître/disparaître la couleur, le texte projeté et d’étranges personnages. Là est notre ardoise magique. Il reste quatre jours avant de célébrer l’union entre Thésée & Hippolyte, quatre jours avant la prochaine lune, quatre jours aux amoureux pour (re)trouver le chemin de l’Amour, quatre répétitions aux artisans pour être couronnés de pampres, quatre nuits à Puck pour remettre Athènes en orbite. David Gauchard

 

Téléchargez le dossier pédagogique du spectacle:

 Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation du mardi 14 février

Formé à l’Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes et à l’Académie théâtrale de l’Union à Limoges, David Gauchard travaille d’abord en tant que comédien/marionnettiste avec Emilie Valantin. Il assiste ensuite à la mise en scène Silviu Purcarete pour trois spectacles, dont Le songe d’une nuit d’été, et il est également assistant de Mladen Materic et du chorégraphe Hervé Koubi. En 1999, il crée sa compagnie L’unijambiste. Depuis, il a mis en scène une vingtaine de spectacle et réalisé deux courts-métrages. Depuis plusieurs créations, il collabore avec le traducteur André Markowicz, qui signe ici la traduction de l’oeuvre de Shakespeare, comme précédemment pour Hamlet et Richard III.