Théâtre Création
Les fantômes ne pleurent pas
Conception et mise en scène Anne Monfort

Du Lundi 21 Mai 2012 au Jeudi 24 Mai 2012 à la Coopérative



  Lundi 21 à 20h30 / Mardi 22 à 19h30
Mercredi 23 à 20h30 / Jeudi 24 à 19h30


Cette nouvelle création d’Anne Monfort inaugure un feuilleton théâtral en plusieurs épisodes, autour du fantastique. “Comme souvent dans mes spectacles, je pars d’une notion – ici le mal au sens moral, qui me semble associé à l’idée du fantôme –, d’un dispositif plastique – ici, une envie de travailler sur les larmes –, et de personnages échappés de romans littéraires, ici ceux du Rideau cramoisi de Barbey d’Aurevilly et des Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë”.
Le spectacle commence ainsi : à travers une vitre, ou dans l’embrasure d’une porte, de façon plus ou moins brouillée, on distingue un homme évoluer, agir de façon étrange. En parallèle à cette scène inaugurale, une femme explique la vie de ce personnage à un public. Elle évoque aussi sa vie, ses liens avec cet homme. De l’autre côté, l’homme explique lui aussi l’étrange comportement de la femme à un autre public. Chacun explique “sa” vérité à un groupe de spectateurs. Les mouvements de chacun s’interprètent différemment. Des points de jonction ont lieu, sur le plan narratif comme sur le plan visuel : chaque personnage s’invite dans l’histoire de l’autre. Les deux publics se retrouvent ensuite dans une scène finale pour constater qu’ils n’ont pas vécu la même histoire.
 

“Je recherche, dans mes travaux, des espaces de projection. J’aime que le plateau puisse être un lieu non d’identification, mais où chaque spectateur s’invente sa propre histoire. Etant moi-même, comme spectatrice, plus intéressée par les espaces mentaux que par les narrations, j’aime que le plateau soit un paysage, avec des effets de zoom, de très gros plans qui laissent le spectateur libre de reconstituer un puzzle. S’il fallait citer quelques artistes auxquels je pense souvent en travaillant, ce serait à : Pina Bausch pour l’onirique du quotidien, Raimund Hoghe pour l’errance, Godard pour sa littérature qui se permet tout, et où la fiction s’invite dans le documentaire et Almodovar pour sa conduite magistrale du récit et aussi pour le kitsch.” Anne Monfort

 Rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation du mardi 22 mai 

DISTRIBUTION
Conception et mise en scène : Anne Monfort / Avec : Nicolas Fine et Solène Froissart / Collaboration artistique : Charlène Strock / Production : Day-For-Night - Cie Anne Monfort / Coproduction : Le Granit, scène nationale, Belfort - en cours / Avec le soutien de la Métive et de la Filature, scène nationale, Mulhouse / © photo Charlène Strock