AL ATLAL, CHANT POUR MA MÈRE

Au cours de ce spectacle qui oscille entre récital et théâtre et entre français et arabe, Norah Krief nous entraîne dans un voyage bouleversant, empreint de nostalgie, jusqu’aux confins de ses origines orientales. Reprenant les paroles de la plus célèbre chanteuse du monde arabe Oum Kalsoum, elle rend hommage à une mère qui fut toute sa vie tiraillée entre deux cultures, des deux côtés de la Méditerranée.

GRANIT
ven 21 Fév

Musique, Théâtre
GRANIT
Durée : 1h
Catégorie B

AL ATLAL, CHANT POUR MA MÈRE

NORAH KRIEF – FRÉDÉRIC FRESSON / CIE SONNETS

Rencontre et bar au fumoir à l’issue de la représentation, Atelier transmission mère- fille, aux côtés des artistes, Conférence IDEE, mar 10 mars à 18h15 (plus d’infos sur la page « La Fabrique »)

Je réserve
Au cours de ce spectacle qui oscille entre récital et théâtre et entre français et arabe, Norah Krief nous entraîne dans un voyage bouleversant, empreint de nostalgie, jusqu’aux confins de ses origines orientales. Reprenant les paroles de la plus célèbre chanteuse du monde arabe Oum Kalsoum, elle rend hommage à une mère qui fut toute sa vie tiraillée entre deux cultures, des deux côtés de la Méditerranée.

En arabe, « Al Atlal » signifie littéralement « Les ruines ». Est-ce sur celles de son passé que revient Norah Krief, dans ce spectacle en forme de lettre adressée à sa mère ? Une figure maternelle qui se mêle ici à celle d’Oum Kalsoum, plus grande chanteuse populaire du monde arabe. Deux femmes libres, à qui elle rend ici hommage, à travers un chant d’amour et de tendresse qui pourrait tout aussi bien s’adresser à toutes les femmes d’Orient.
Face au public, entourée de trois multi-instrumentistes qui font résonner les mélodies envoûtantes du oud, la comédienne navigue d’une langue à l’autre, du parlé au chanté, et chaque intonation traduit toute l’affection d’une fille pour sa mère, écartelée « entre la Tunisie et la France, l’arabe et le français, le couscous et la béchamel ». Les mots s’envolent sur les murs, et les larmes ne sont jamais loin, tout comme le rire.

Un hommage audacieux et réussi. Mouvement

Un projet de Norah Krief | D’après : le poème d’Ibrahim Nagi chanté par Oum Kalsoum sur une musique de Riad Al Sunbati en 1966 | Avec : Norah Krief, Frédéric Fresson ou Antonin Fresson, Lucien Zerrad et Mohanad Aljaramani | Écriture et dramaturgie : Norah Krief
et Frédéric Fresson | Création musicale : Frédéric Fresson, Lucien Zerrad et Mohanad Aljaramani | Collaboration artistique : Charlotte Farcet | Traduction : Khaled Osman | Regard extérieur : Éric Lacascade | Création lumière : Jean-Jacques Beaudouin | Scénographie et costumes : Magali Murbach | Création son : Olivier Gascoin avec Yohann Gabillard | Collaboration live et machines : Dume Poutet aka (Otisto 23) | Coaching chant oriental : Dorsaf Hamdani | Remerciements à Wajdi Mouawad, Christine Angot, Marie Descourtieux, directrice des actions culturelles de l’Institut du Monde Arabe | © Jean-Louis Fernandez