DE GLÈBE ET DE LUCRE

Une exposition qui répond à un impératif « écosophique » de conception du monde contemporain, qui entend contribuer au « contrat naturel » qu’il convient de rejoindre en regard du contexte d’urgence écologique actuel.

GRANIT
Du sam 18 Avr au mar 23 Juin

Galerie
GRANIT
Durée : /
/

DE GLÈBE ET DE LUCRE

POÉTIQUE, ÉTHIQUE ET POLITIQUE DE LA TERRE HABITÉE UNE PROPOSITION DE MICKAËL ROY

Vernissage : sam 18 avr à 17h
Visite-sandwich : mar 5 mai à 12h20
Visite 1h avant chaque représentation au Granit

Une exposition qui répond à un impératif « écosophique » de conception du monde contemporain, qui entend contribuer au « contrat naturel » qu’il convient de rejoindre en regard du contexte d’urgence écologique actuel.

Conséquence du développement inconsidéré de notre société thermo-industrielle, productiviste et consumériste, la crise environnementale et climatique contemporaine gagne du terrain et s’invite comme l’objet majeur de l’actualité mondiale, nationale et locale de ce début du XXIe siècle. Que peut alors l’alliance de l’art et de la culture face à ce défi qui oblige les hommes et les organisations à revoir leur conception de l’usage anthropocentré et ce faisant destructeur qu’il est fait de la planète et de ses ressources que nous avons en commun ?
D’aucun pourrait affirmer que la réponse doit avant tout être politique. Mais pour ce faire, il est nécessaire qu’une prise de conscience de l’écocide en cours s’opère par ailleurs par le biais d’une « révolution des subjectivités ». À cet égard, le pouvoir de transformation des esprits et des attitudes responsables réside dans la rencontre avec le monde vivant dont les femmes et les hommes de cette Terre sont issus et dont ils ont besoin pour vivre et survivre.

Mickaël Roy est né en 1988, il vit et travaille à Mulhouse. Il développe une pratique indépendante de critique d’art, de commissariat de projets et d’expositions en art contemporain, de médiation culturelle et de recherche. Il est membre de C-E-A, association française des commissaires d’exposition. Il nous a accompagné durant notre saison 2017 / 2018, avec une proposition en plusieurs mouvements et extensions sous le titre générique : Et, toujours, ils tiennent le monde. La proposition de cette saison découle de ces riches échanges et se veut une passerelle d’idées et de projets avec les actions portées par l’École d’art de Belfort G. Jacot autour de leur jardin.

Il n’y aura de réponse véritable à la crise écologique qu’à l’échelle planétaire et à la condition que s’opère une véritable révolution politique, sociale et culturelle réorientant les objectifs de la production des biens matériels et immatériels. Cette révolution ne devra donc pas concerner uniquement les rapports de force visibles à grande échelle mais également des domaines moléculaires de sensibilité, d’intelligence et de désir.
Félix Guattari, extrait, Les trois écologies, 1989, éd. Galilée