HÔTEL FEYDEAU

Après Cyrano de Bergerac en 2015, Georges Lavaudant est de retour avec une adaptation jubilatoire de cinq textes de Feydeau. Si On purge bébé est un classique, on aura aussi plaisir à en découvrir d’autres comme Cent millions qui tombent, comédie inachevée.

MAISON DU PEUPLE
mar 06 Fév
- mardi 06 février 2018 à 20:00
- mercredi 07 février 2018 à 20:00

Théâtre
MAISON DU PEUPLE
Durée : 1h25
/

HÔTEL FEYDEAU

Georges Feydeau | Georges Lavaudant

Dates de représentations

mardi 06 février 2018 à 20:00

mercredi 07 février 2018 à 20:00

Visite sandwich du décor le mercredi 7 février à 12h20

Après Cyrano de Bergerac en 2015, Georges Lavaudant est de retour avec une adaptation jubilatoire de cinq textes de Feydeau. Si On purge bébé est un classique, on aura aussi plaisir à en découvrir d’autres comme Cent millions qui tombent, comédie inachevée.

Ces cinq pièces que Georges Lavaudant réunit en une seule offrent une variation grinçante sur le thème du couple et de ses crises à différentes étapes de la vie. L’arrivée d’un enfant, l’adultère, la réussite professionnelle de l’un, tout est prétexte à la guerre des sexes.

Ce “best-of” sert à merveille le maître du Vaudeville, puisque l’on retrouve les dialogues acérés et les intrigues rocambolesques qui ont fait son succès. Portés par six acteurs de haute voltige dont André Marcon, il fallait des comédiens redoutables et d’une grande précision pour tenir le rythme imposé par ce concentré pur jus. L’énergie ne retombe jamais ; entre chaque scène, Georges Lavaudant a imaginé des intermèdes chorégraphiés façon music-hall : irrésistible !

Ouvert en fanfare par Cent millions qui tombent, le spectacle file vite, trop vite (1h30 à peine !). On aimerait qu’il dure plus longtemps, pris sous le charme d’une mise en scène toute en évidence et fluide, enchâssée dans un sobre décor de grand hall d’hôtel. […] Il est vrai, aussi, que dirigée d’une main délicate et sûre, la distribution, rassemblant des comédiens de toutes générations, s’y révèle d’une cohésion parfaite, en osmose totale avec les personnages, jusqu’à leur apporter une part d’humanité touchante, quels que soient leur veulerie, leur mauvaise foi, leur ridicule. La Croix

(c)Thierry Depagne