HUGH COLTMAN

« La musique de la Nouvelle-Orléans n’est pas forcément virtuose ; elle met en avant le cri essentiel » expliquait Hugh Coltman. C’est ce cri-là que l’on entend dans le nouvel album du Franco-Britannique, écrit à l’instinct, gorgé d’influences de la Nouvelle-Orléans, auxquelles il apporte une touche très intime et personnelle. La consécration d’un jazzman au parcours surprenant !

GRANIT
ven 27 Sep

Musique
GRANIT
Durée : 1h30
Catégorie A

HUGH COLTMAN

WHO’S HAPPY

Dates de représentations

vendredi 27 septembre 2019 à 20:00

Bar au fumoir à l’issue du concert

Je réserve
« La musique de la Nouvelle-Orléans n’est pas forcément virtuose ; elle met en avant le cri essentiel » expliquait Hugh Coltman. C’est ce cri-là que l’on entend dans le nouvel album du Franco-Britannique, écrit à l’instinct, gorgé d’influences de la Nouvelle-Orléans, auxquelles il apporte une touche très intime et personnelle. La consécration d’un jazzman au parcours surprenant !

Si les chats ont neuf vies, Hugh Coltman en est pour sa part à la troisième. Après avoir été leader du groupe blues rock The Hoax puis songwriter pop folk, il devient explorateur de jazz, auquel il voue depuis un véritable culte. Suite à un album de reprises de Nat King Cole qui lui vaudra de recevoir la Victoire du Jazz 2017 de la voix de l’année, il revient avec un nouveau voyage musical aux accents plus intimes, mais non moins universels.
Nourri de l’influence des plus grands noms du jazz qui ont bercé son enfance, de Kid Ory à Sidney Bechet en passant par Fats Domino, Dr John, Meter, CW Stoneking ou encore Charles Sheffields, chanteur de R’N’B louisianais des années 60, il compose ici 10 chansons originales, écrites entre Montreuil et la Nouvelle-Orléans. Cuivres, batterie, guitare, ses airs nous enveloppent, ses paroles nous racontent l’Amérique de Trump, la maladie de son père, l’amour paternel… et l’importance fondamentale de la transmission.

On est embarqué, enjôlé par son swing flamboyant façon Cab Calloway, son jazz New Orléans ultra-moderne, son rhythm’n’blues effervescent. […] Nous le savions unique – cette voix d’une plasticité inégalée, entre soie et acier, il est l’universel soldat d’un combat au service de l’émotion juste. Jazz Mag

Avec : Hugh Coltman (voix), Frédéric Couderc (clarinette / Baryton), Jérôme Etcheberry (trompette), Jerry Edwards (trombone), Didier Havet (Soubassophone), Freddy Koella (guitare), Gael Rakotondrabe (piano), Raphael Chassin (batterie)
© Crista Rock