JE DEMANDE LA ROUTE

Roukiata Ouedraogo est une tornade à l’intelligence vive, dont la parole fait du bien. Seule en scène dans Je demande la route, l’humoriste et comédienne raconte son parcours, riche en péripéties qui l’a menée du Burkina Faso à la France.

GRANIT
mar 19 Mai

Théâtre
GRANIT
Durée : 1h15
Catégorie B

JE DEMANDE LA ROUTE

ROUKIATA OUEDRAOGO

Dates de représentations

mardi 19 mai 2020 à 20:00

Je réserve
Roukiata Ouedraogo est une tornade à l’intelligence vive, dont la parole fait du bien. Seule en scène dans Je demande la route, l’humoriste et comédienne raconte son parcours, riche en péripéties qui l’a menée du Burkina Faso à la France.

La vie de Roukiata Ouedraogo est pleine d’aventures qui sont autant d’occasions d’une réflexion drôle et délicate entre la France et l’Afrique. Son one woman show autobiographique est percutant, incisif et pourtant toujours bienveillant, la comédienne aime se distinguer du cynisme qui marche si bien chez les humoristes d’aujourd’hui. Pourtant, sa route a été semée d’embûches comme peut l’être celle de toute femme noire immigrée dans un climat trop souvent xénophobe. Heureusement, le théâtre s’est avéré être un outil salvateur qui a permis à Roukiata Ouedraogo de faire face et de s’épanouir. Écrire ses propres spectacles est aussi une manière pour l’artiste de s’offrir des rôles riches et variés loin des carcans habituels réservés aux comédiens noirs dans le théâtre et le cinéma français. Spectacle précieux, Je demande la route joue la rupture culturelle entre l’Europe et l’Afrique et dans lequel le rire permet l’identification et l’ouverture à un discours encore minoritaire, malgré le développement salutaire de l’afroféminisme en France. Beaucoup connaissent déjà la voix de Roukiata Ouedraogo à travers l’émission radiophonique Par Jupiter ! sur France Inter où elle intervient régulièrement comme chroniqueuse.

Il n’y a à cela aucun doute : dans quelques semaines, quelques mois, Roukiata Ouedraogo sera sur toutes les ondes, sur tous les écrans, estampillée « humoriste du moment ». Un fauteuil pour l’orchestre

Texte et mise en scène : Stéphane Eliard et Roukiata Ouedraogo | Collaboration artistique : Ali Bougheraba | Production : Ki m’aime me suive | © Fabienne Rappeneau