LA CHUTE DES ANGES

Que deviendrait notre monde si les anges ne pouvaient plus voler ? Tissant des liens étroits entre cirque, danse, théâtre et cinéma, Raphaëlle Boitel avec la Compagnie L’Oublié(e) signe un spectacle en clair-obscur, où l’humanité en perdition doit se libérer de ses fers.

MAISON DU PEUPLE
mer 19 Fév

Cirque, Danse, Théâtre
MAISON DU PEUPLE
Durée : 1h10
Catégorie B

LA CHUTE DES ANGES

RAPHAËLLE BOITEL / CIE L’OUBLIÉ(E)

Dates de représentations

mercredi 19 février 2020 à 20:00

Je réserve
Que deviendrait notre monde si les anges ne pouvaient plus voler ? Tissant des liens étroits entre cirque, danse, théâtre et cinéma, Raphaëlle Boitel avec la Compagnie L’Oublié(e) signe un spectacle en clair-obscur, où l’humanité en perdition doit se libérer de ses fers.

Il n’y a plus de soleil, plus de bruit, femmes et hommes sont manœuvrés par d’aveugles machines  qui les  tirent par le col, voici ce qu’est devenu le monde. Chacun essaie de s’accrocher à l’existence. Heureusement, Raphaëlle Boitel nous donne une lueur d’espoir. Dans ce monde gris, hiérarchisé et verticalisé, la rébellion est possible, la lumière est un chemin vers l’affranchissement. Pour écrire ce spectacle tranchant, au ton tragi-comique, Raphaëlle Boitel s’est inspirée de nombreux textes, films et œuvres plastiques, parmi lesquels L’Allégorie de la caverne de Platon, 1984 de George Orwell, ou encore les célèbres engrenages noirs du sculpteur Jean Tinguely. Sur scène, ça grince, ça tournoie, les corps essaient de voler. Des anges déchus cherchent leur félicité égarée. Alors, dans cette aspiration à espérer plus haut, les interprètes aux capacités physiques extraordinaires nous emportent et nous émeuvent, les voici tantôt marionnettes d’un jeu qui leur échappe puis silhouettes rêveuses éprises de liberté. La Chute des anges est une nouvelle étape pour Raphaëlle Boitel qui construit au fil de ses spectacles, un langage chorégraphique puissant et singulier.

Incroyable… Un mélange de cirque et de danse dans une dystopie mécanisée dont les habitants aspirent à la connexion humaine. […] Extraordinairement conçu et étonnamment émouvant. The New York Times

Mise en scène et chorégraphie : Raphaëlle Boitel | Collaborateur artistique, scénographie, lumière : Tristan Baudoin | Musique originale : Arthur Bison | Costumes : Lilou Hérin | Rigging, machinerie, complice à la scénographie : Nicolas Lourdelle | Assistante artistique : Clara Henry | Sonorisation : Arthur Bison | Avec : Alba Faivre, Loïc Leviel, Emily Zuckerman, Lilou Hérin, Tristan Baudoin, Nicolas Lourdelle, Clara Henry | © Marina Levitskaya, Frank Berglund