LA FRESQUE

Qu’en est-il de la beauté des images ? Nouvelle création du chorégraphe mythique Angelin Preljocaj, La Fresque est un spectacle sublime où un homme s’éprend au fond d’un monastère d’une jeune femme peinte, et pénètre l’œuvre à sa rencontre.

MAISON DU PEUPLE
mer 05 Fév

Danse
MAISON DU PEUPLE
Durée : 1h20
Catégorie Événement

LA FRESQUE

ANGELIN PRELJOCAJ

Dates de représentations

mercredi 05 février 2020 à 20:00

Je réserve
Qu’en est-il de la beauté des images ? Nouvelle création du chorégraphe mythique Angelin Preljocaj, La Fresque est un spectacle sublime où un homme s’éprend au fond d’un monastère d’une jeune femme peinte, et pénètre l’œuvre à sa rencontre.

Après L’Anoure en 1995, Blanche Neige en 2008, Siddharta en 2010, c’est au tour d’un conte chinois, d’être adapté par Angelin Preljocaj. La Fresque, en interrogeant ce qui nous lie aux images, tout comme ce qui sépare le réel de la représentation, rappelle le mythe de Pygmalion. Peut-on tomber amoureux d’une création ? L’amour est-il une expérience esthétique ? Comme toujours dans l’œuvre d’Angelin Preljocaj, au plateau, c’est le beau qui l’emporte sur tout le reste. Chaque élément composant le spectacle est hautement maîtrisé et d’une beauté glaciale à couper le souffle. Le chorégraphe s’est entouré d’autres grands noms de la création contemporaine. Les costumes divinement aériens ont été signés par le créateur récemment disparu Azzedine Alaïa qui avait déjà collaboré avec Preljocaj en 2013 pour le spectacle Les Nuits. La musique électro de La Fresque a été créée par Nicolas Godin, membre du groupe français Air. La vidéo hypnotique signée Constance Guisset rappelle les longs cheveux de l’héroïne. Dans une lenteur aquatique, les volutes se mêlent et se démêlent au gré de la chorégraphie, entre apparitions et hologrammes. La Fresque est une œuvre fluide, sombre et envoûtante comme une histoire d’amour mélancolique pas tout à fait réelle.

Les moments de grâce se succèdent […] La Fresque est une beauté noire, une magistrale mise en abîme du pouvoir hypnotique des images. L’Humanité

D’après le conte chinois La peinture sur le mur | Chorégraphie : Angelin Preljocaj | Musique : Nicolas Godin | Costumes : Azzedine Alaïa | Décors et vidéos : Constance Guisset Studio | Lumières : Éric Soyer | Danseurs : distribution à confirmer | Assistant adjoint à la direction artistique : Youri Aharon Van den Bosch | Assistante répétitrice : Cécile Médour | Choréologue : Dany Lévêque | Réalisation masques : Michèle Belobradic | Réalisation décors : Atelier du petit chantier | Production : Ballet Preljocaj | Coproduction : Grand Théâtre de Provence, Maison des Arts de Créteil, Théâtre de la Ville – Paris / Chaillot – théâtre national de la danse, Scène Nationale d’Albi, National Taichung Theater (Taïwan) | © Jean-Claude Carbonne