LES ARTISTES INTERVENANTS

Solène Froissart
Après des études en Arts du Spectacle et une Licence de Cinéma, Solène se forme au jeu de l’acteur au sein de la compagnie caennaise ACTEA.
S’ensuivent de nombreuses rencontres qui vont l’amener à travailler avec la jeune scène contemporaine montante : David Bobée, Armelle Roussel ou Thomas Ferrant.
Du CDN de Caen aux Scènes Nationales d’Alençon ou de Cherbourg, Solène nourrit son amour pour les créations originales et autres ovnis de recherche plastique.
Sa rencontre avec la metteure en scène Anne Monfort marque le début d’une fructueuse collaboration de plus de 10 ans.
Depuis 2009, Solène s’illustre dans de nombreux projets du Granit, Scène Nationale de Belfort, animant en parallèle interventions et ateliers dans la région.
Solène, dans son travail de médiation culturelle pour la Scène Nationale de Belfort comme metteure en scène ou en assistant Julien Travaillé (metteur en scène), a collaboré à des projets urbains, spectacles (Le Festin de pierre, Roméo et Juliette 3000) grand format en extérieur et déambulatoires mêlant artistes (comédiens, chanteurs, musiciens, artificiers, cordistes) professionnels et amateurs.
En 2012, toujours avec Julien Travaillé elle élabore une œuvre plastique collaborative à ciel ouvert pour la journée de la femme (commande de la ville de Belfort) ou encore coordonne le projet d’une capsule temporelle au Lycée Follereau de Belfort.
Son travail d’assistanat et les productions réalisées pour le Granit créent chez elle un goût évident pour la mise en scène et un désir très fort d’orienter son parcours vers des productions plus personnelles.
En 2016 elle répond à une commande de la Scène Nationale de Belfort et du Conservatoire en mettant en scène l’Opéra de quat’sous d’après Bertold Brecht.
Depuis septembre 2015, Solène enseigne l’Art dramatique au conservatoire à rayonnement départemental de Belfort.
 
 
Carine Rousselot
Comédienne et marionnettiste.
De 1999 à 2006, elle fait partie de la compagnie belfortaine Cafarnaüm et joue dans : Scènes de couple à la moutarde, de Claire Béchet, Sur tout ce qui bouge, cabaret furieux de Christian Rullier, co-mise en scène avec Alexandre Tournier, Projection Privée de Rémi De Vos, Les Pas Perdus de Denise Bonal, Débrayage de Rémi De vos, Chambres de Philippe Minyana, La Femme comme champ de bataille de Matéi Visniec et Andromaque de Jean Racine. Parallèlement elle suit des stages de formation à Montbéliard dans le cadre du Théâtre de l'Unité (dirigé par Jacques Livchine), ainsi qu'à Vesoul, Besançon, Paris, Lyon et Liège (Belgique). Elle a obtenu avec mention très bien un DEA études comparatives de théâtre (sujet: « Le théâtre pour son double : Bernard Marie Koltès/ Patrice Chéreau », 2001, Université des Lettres de Franche-Comté). Elle poursuit actuellement des recherches doctorales sur l'œuvre de Bernard-Marie Koltès (UFR de Besançon, sujet : « Bernard-Marie Koltès : le pacte ironique »). Dès 2003, elle est marionnettiste dans la compagnie Ka : Contes À Rebours, Marie des grenouilles, La Vie burale, Désillusions marionnettiques. Elle est également interprète pour la compagnie du Colibri de Besançon depuis 2006 dans des créations collectives à destination du jeune public. En 2011, elle participe au projet en élaboration, Samuthéâtre, théâtre de proximité, de la Cie Gakokoé, Montbéliard.
 
 
Marie Seux  
Après des études de lettres et d’anglais, elle s’est tournée vers le théâtre et le chant.
Elle a suivi l’enseignement théâtral de Jacqueline Jabbour, de Maurice Sarrazin puis celui de John Strasberg.
Elle a commencé à jouer au théâtre sous la direction de Philippe Honoré dans « Iphigénie » de R.W. Fassbinder, La dame aux camélias et Le bœuf-Nabu ou les métamorphoses du Roi des rois de Claude Louis Combet. Puis elle a été dirigée par Jean-Luc Tardieu, Daniel Bazilier et Marie Hermes. En arrivant à Strasbourg, son chemin a croisé celui de la compagnie « Flash Marionnettes » au sein de laquelle elle a participé à deux créations: Les Enchainés et 2084 sur des textes de Philippe Dorin. Elle a ensuite joué le rôle de la mère dans Le Schmurz ou les bâtisseurs d’Empire de Boris Vian mis en scène par Pauline Ringeade accueilli au Granit.
Devant la caméra, elle a tourné avec Henri-Paul Korchia, Bunny Schpoliansky, Anita Renaud, Felix Olivier, Edouard Niermans, René Manzor, Pierrick Gantelmi d'Ill, Lars Blumers, Philippe Claudel, Sylvain Pioutaz, Mathieu Z’graggen, Alice et Rose Philippon, Rachel Lang, Zouhair Chebbale et Camille Vidal-Naquet.
Par ailleurs, son goût pour la musique et le chant l’ont amenée à mettre en scène le duo « Les Belettes » ainsi que le chanteur Paul Barbieri. En parallèle de sa pratique artistique, elle transmet  sa passion à des élèves en classe d’option théâtre au Lycée Cuvier de Montbéliard, anime un atelier de pratique amateur au sein de l’association « Les Sentiers du Théâtre » et enseigne le jeu à la Faculté de Strasbourg. Avec la compagnie « Actémobazar », elle participe aux actions Collidram pour la découverte du théâtre contemporain auprès des collégiens. Elle est titulaire du Diplôme d’Etat de professeur d’Art Dramatique.
 
 
Marc Toupence
En 1996 il entre au Conservatoire de Paris où il se formera sous la direction de Stuart Seide, Dominique Valadié, Patrice Chéreau et Caroline Marcadé. Il a depuis travaillé avec de nombreux metteurs en scène, notamment Frédéric Maragnani, Amélie Jaillet, Michel Cerda, Emmanuel Demarcy-Motta, Jean-Marie Patte, Olivier Balazuc, Christian Colin et Arthur Nauzyciel.
De 2001 à 2003 il enseigne au cours Florent à Paris. À partir de 2003 il travaille également comme assistant à la mise en scène : Peep Show dans les Alpes de Markus Köbeli, Minnetti de Thomas Bernard, Le pas de la porte duo jazz vocal et trapèze avec Daisy Bolter. Il collabore à l’écriture du projet Intimité de Matthieu Gaudeau en 2007. En 2003, il rencontre Arthur Nauzyciel qui lui propose d’accompagner Marilù Marini dans le rôle de Willie dans Oh! Les beaux jours de Samuel Beckett, spectacle qu’ils joueront à l’Odéon mais aussi en Espagne, au Maroc, en Argentine et en Tournée en France. En juillet 2008, toujours avec Arthur Nauzyciel, il participe à la création de la pièce ORDET (La Parole) dans le cadre du festival IN d’Avignon en 2008. Ce spectacle sera repris en tournée de Septembre à Décembre 2008, puis en septembre 2009 au Théâtre du Rond-Point à Paris dans le cadre du Festival D’Automne. En 2010, il met en scène A trois de Barry Hall et Sancho Pança de Denis Rudler, et en 2011 Histoire de l’oie de Michel-Marc Bouchard coproduit par MA scène nationale de Montbéliard pôle jeune public. Le spectacle a été joué au Théâtre Granit, scène nationale de Belfort en octobre 2011 et sera repris à Vitry-le-François au mois d’avril 2013 et Au Tarmac, scène internationale francophone à Paris en Mai 2013. En milieu scolaire, il crée chaque année depuis 2011 des pièces commandées à des auteurs. En 2013-14-15, Marc Toupence conçoit et organise un contrat de territoire qui aboutira à une création participative le Retour du peuple d'Arbos de Marc Blanchet.